L’état des pistes cyclables dans le Nord

Dernièrement j’ai rallié Bailleul à Wasquehal en vélo … Soit 35 kilomètres et à peu près 2h30 de route …

Pour un pratiquant occasionnel du vélo en ville sur de courtes distances ce fut résolument un exploit et de tenir la distance, et de ne pas abandonner et appeler le 911 : « Au secours chérie !!! Viens me chercher, j’en peux plus !!!!!« .

Mais si cet exploit a été réalisé c’est en partie dû à la qualité des routes que j’ai traversées. J’ai été en effet très surpris de voir que de nombreuses voies limitées aux cyclistes étaient apparentes sur les routes, et ce même sur les axes les plus dangereux, autrement dit les routes limitées à 90 km/h.

Déjà pour sortir de la ville de Bailleul, impossible de se faire faucher puisque la ville dispose de vraies pistes cyclables balisées : une couleur verte qui marque bien la différence avec la route et des petits pavés pour les automobilistes qui pencheraient un peu trop à droite …
Ensuite, direction Nieppe, puis Armentières et La Chapelle d’Armentières. Là aussi, hormis à quelques endroits, l’intégralité de la départementale est balisée. Bon ok, la seule limite avec la route est les pointillés blancs, donc si une voiture s’écarte il n’y a que le champs d’à côté pour se rattraper … Mais quand même, toutes les départementales de France ne disposent pas d’une aussi longue voie balisée pour les vélos … Sur les 8 km qui composent cette route, environ 85 % étaient des routes mixtes. Il n’y a qu’aux entrées des villes où les pistes cyclables s’arrêtent.

Arrivée à la Chapelle d’Armentières le plus gros du chemin était fait. Après quelques tergiversations mappystiques (Mappy dispose désormais d’une fonction cartographie pour les cyclistes bien pratique), je me dirige vers Prémesques. Je me suis légèrement trompé d’itinéraire mais la ballade a valu le détour. Là encore quelques pistes aménagées. Un peu moins que précédemment mais suffisamment pour se sentir en sécurité.

Ensuite je fonce vers Lomme. Ici malheureusment peu de pistes cyclables, quelques bouts par ci-par là, mais le cycliste doit circuler entre les voitures et les bouts de la route macadamisée endommagée. Arrive ensuite Lille. Et là aussi belle surprise une voie marquée pour les cyclistes mènent de Lille Sud vers le Centre-Ville et sa Grand’Place.

Et enfin, dernier effort, le Grand Boulevard Lille – Roubaix. Rien à redire puisque la piste cyclable propose un macadam lissé et surtout il s’agit d’une piste à part entière : légèrement surélevée avec ses propres feux de circulation, impossible qu’une voiture puisse l’emprunter. Le seul danger apparent, les apprentis au roller du dimanche qui ont du mal à rester sur leur file, et les scooters qui surgissent par derrière sans prévenir. Rien de bien grave en somme.

Bref, oui il a été agréable de rouler en vélo. Un sentiment de sécurité naît au fil des kilomètres. Jamais je ne me suis senti mal à l’aise ou mis à mal par le flot de la circulation.

En regardant d’un peu plus près les sites web qui parlent des pistes cyclables, je suis tombé sur un article intéressant qui démontre les projets qui sont réalisés pour favoriser le deux-roue en ville : le site de Lille Métropole met en ligne une carte interactive qui permet de visualiser le type de pistes cyclables en fonction de là où on désire aller.
Et le site des Véloroutes et Voies Vertes de France propose également une carte de France qui recense les ballades les plus sympas en fonction des régions.

Il n’y a pas à dire, profitez du Printemps pour rouler vert !

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s