Meert, entre histoire et tradition

Vous connaissez le syndrome de : « j’ai le temps pour le faire ! » ? Il est vrai que quand on réside dans une ville on se dit très souvent que les endroits touristiques ont le temps d’être visité. Si vous êtes parisien, depuis quand ne vous êtes vous pas rendu à la Tour Eiffel ? Y’êtes-vous déjà monter au moins ?

Cette réflexion je l’ai eu il y a quelques semaines en me rendant pour la première au salon de thé de chez Meert, célèbre patisserie lilloise. Meert est un peu le Dalloyau lillois. Ses gaufres sont réputées dans toute la région, des touristes se déplacent allégrement pour en goûter une, et ce malgré son prix prohibitif (1,20 euros l’unité), ses viennoiseries fondantes en bouche et bien sûr son cadre majestueux.
Une page est d’ailleurs exclusivement consacrée à l’histoire de la gaufre qui est née dans cet établissement.

J’avais eu l’occasion de goûter croissants et petits-pain de chez Meert lors d’un petit-déjeuner organisé au sein de mon école de communication. Mais depuis plus rien, et surtout je n’étais jamais rentré à l’intérieur du bâtiment.

Un samedi de grand froid, direction donc le salon de thé situé à côté de la patisserie, rue Esquermoise dans le Vieux-Lille. Dès l’entrée, les murs blancs et ses hauts plafonds à moulures enthousiasment l’estomac. Des chefs de rang vous font attendre au desk d’accueil. Ils sont chargés de vous trouver une place. Un couple se décide de partir, petit nettoyage de la table et on me dirige vers une table situé dans l’un des salons du rez-de-chaussée. La décoration intérieure est digne de sa réputation. Un côté bel hôtel parisien mais avec une architecture cher au Nord de la France.

Le public qui m’entoure s’intègre parfaitement au lieu. A ma gauche, un député et sa collaboratrice dégustent des cocktails maisons et se chamaillent amoureusement autour de leur iphone. A ma droite, un jeune couple avec un enfant au berceau en habit du week-end, petit-pull et jean pour le Monsieur, je l’imaginerais Directeur d’une agence de communication. Derrière mois, un groupe d’amies accrocs également à l’iphone et papotant chiffons et Facebook. Un public lillois un tantinet parisien.

Meert propose en effet une carte en lien avec son histoire et son charisme. Les prix ne peuvent pas convenir à toutes les bourses, d’où un public un peu plus ++. Accompagné de Piccalilli Girl, un chocolat chaud de Noël (un vrai chocolat chaud au lait avec quelques épices), un thé Mariage Frères, plus un cheesecake et une tartelette macaron framboise et pistache nous ont coûté 20 euros. Un goûter certes un peu cher mais qui les vaut parfaitement.

Je suis ressorti de chez Meert fier d’avoir pu découvrir un haut lieu de la Métropole lilloise et envieux de goûter une prochaine fois LA gauffre qui fait la légende du pâtissier !

Advertisements

3 réflexions sur “Meert, entre histoire et tradition

  1. Ah les gaufrettes de chez Meert… un délice!!!!
    Aucun petit gateau ne fond comme celui-là, et quand c’est acheté dans ce genre de cadre, en sortant avec le petit paquet de papier qui craque, la magie commence avant même d’y goûter…

    Merci pour cet article qui met l’eau à la bouche….

    Emma

  2. Suis assez fan de leur salon de thé… Du grand yunan, toujours, accompagné d’une pâtisserie… Quelle volupté… Bon, c’est sûr, il faut le porte monnaie qui suit… mais ca vaut le coup !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s