La renaissance d’une radio

La rumeur incessante de ces derniers mois vient d’éclater sa vérité : une ancienne radio vient de faire sa réapparition sur la bande FM, en lieu et place de ROC FM : il s’agit de Metropolys …

Pour les assidus de la bande FM, Metropolys est synonyme de musique 80’s, une radio qui passait tous les tubes internationaux et nationaux de l’époque.
Originaire du Nord de la France, Metropolys a très vite dépassé sa petite frontière et était devenue une radio nationale au début des années 90 en fusionnant avec Kiss FM en 1991. C’est en 1992 que Metropolys disparaîtra. La CLT, alors groupe propriétaire de RTL, avait été contrainte de se séparer de son réseau jeune « Maxximum » par la loi anti-concentration de l’époque. Cherchant un partenaire idéal, la CLT choisit Metropolys en 1991, et le 6 janvier 1992 donne naissance à M40, une radio qui se voulait découvreuse de nouveaux talents mais qui ne rencontra pas le succès escompté, et qui signa la mort de Metropolys.

Jingle fin de Metropolys, début de M40

Mais le Metropolys d’aujourd’hui n’est en réalité pas une nouvelle radio, puisqu’il s’agit ni plus ni mois du nouveau nom donné à la station ROC FM, dirigée par Bruno Lecluse, déjà dirigenant de Metropolys à l’époque.
La raison de ce changement, ou plutôt de ce retour au source ? Le nom ROC FM ne collait plus avec la programmation musicale. En effet, ROC FM est orientée radio généraliste avec une dose d’années 80 dans ses gênes, et le nom ROC évoque une radio plus proche de Ouï FM ou du Mouv’, plutôt qu’une radio androgyne qui mêle la pop de RTL 2 à la soupe de Chérie FM.

Après une première période de test, les dirigeants de ROC FM avaient créé en avril 2008 une webradio au nom de Metropolys, vous pouvez désormais écouter depuis le 24 décembre (97,6 FM sur Lille et Arras, 99,7 FM sur Saint-Omer et 90 FM sur Amiens et Saint Quentin) le nouveau slogan de ROC FM. Le site de Metropolys tient tout de même à préciser : « Il s’agit d’une évolution sans révolution : on retrouve à l’antenne le même cahier des charges, le même format musical rythmé, convivial et fédérateur, la proximité avec les auditeurs, les rubriques phares de la rédaction et bien sûr les valeurs fondatrices : la recette originale qui fait le succès de la radio« .

Mais aussi : « Les dirigeants actuels ne prétendent ni ne souhaitent aucunement faire renaître l’ex-réseau Métropolys alors que les programmes fédèrent aujourd’hui pas moins de 102 700 auditeurs quotidiens, mais souhaitent simplement aborder l’avenir avec une marque définitivement plus claire, plus forte, plus évocatrice de son positionnement musical et éditorial« .

Pour le plaisir, voici quelques jingles d’époque que le site SchooP (la mémoire de la FM) met à disposition :
Metropolys, good morning
Metropolys Super Sonic – 1988

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s