La Parisienne vu par Piccalilli Circus

Avec La Parisienne, on s’est dit “tiens, si on se faisait nos portraits afin de montrer ce qu’est un(e) Parisienne aux yeux d’un Lillois et inversement”.

Le plus dur pour moi c’est qu’avant de partir à Paris, je ne m’imaginais pas vivre dans cette ville et je ne me représentais pas les Parisiens. Chose assez marrante car très souvent mes amis me décrivent des clichés qui à leurs yeux décrivent parfaitement les habitants de la Capitale. Ils n’ont pas tort sur certains points, mais exagèrent aussi parfois.

Je suis donc arrivé il y a 4 ans sans clichés en tête. Mais depuis j’ai observé, rencontré des gens, et surtout La Parisienne qui m’a donné une certaine vision de Paris.

Quand je prends le métro, je dois bien avouer que les clichés que mes amis me racontent sont vrais. Jeunes filles aux lunettes Ray-Ban 70’s top tendance, sac Gérard Darel tenu sur le creux du poignet (ça doit fait super mal car un sac de parisienne ça contient pas mal de choses : l’iPod, le livre big format, la trousse de maquillage, le portefeuille, le chéquier…), le casque blanc significatif qu’elle appartient à la communauté de la pomme top tendance, les petits talons haut, la petite jupette (même en hiver avec les bas qui font croire qu’elle est bronzée toute l’année) et le petit bracelet qui va bien avec le sac et les chaussures.

sac gérard darel porté

Du côté des mecs, le cliché est moins ostentatoire. Certains seront plus rock n’roll Bébé Brunes au cuir noir, avec la super mèche qui part de côté, le jean slim et les pompes blanches à bout pointu voire tranchant. D’autres seront plus look papa-maman avec les bateaux, le petit jean levi’s 501, la petite chemise à carreaux rayés ou le polo Lacoste et les cheveux un peu dans le vent histoire de se la jouer djeuns mais sans plus car les parents veillent au grain. Et enfin il y aurait les Parisiens normaux que l’on trouve un peu partout en France, lookés mais pas trop, le bon milieu.

Faut bien l’avouer aussi, le cliché a la belle vie, il fait rire, m’amuse bien lors de mes dîners avec mes amis lillois. Je me demande ce que La Parisienne écrit sur moi en ce moment. Elle est juste derrière moi, et j’entends le son fort et claquant des touches de son flamboyant iMac.

La Parisienne fait partie de ce cliché de la fille au métro. De look extérieur du moins car en discutant avec elle, le vernis parisien s’effrite très rapidement. Alors oui elle a un sac Gérard Darel, quoiqu’elle vient de s’acheter un sac H&M à 10 balles (il y a du changement, ça vient peut-être du fait que l’augmentation n’est pas encore arrivée), et oui elle porte des jupettes l’hiver. Mais en ce qui concerne l’iPod elle a les mêmes chansons stockées sur ces 4 Go de mémoire depuis une bonne année et côté bouquin elle préfère mater les bons plans dans Elle ou À Nous Paris plutôt que de se plonger dans l’univers mystique de Millenium.

talon parisienne

Mais La Parisienne pourrait très bien s’adapter à la faune provinciale. Si ses vacances se résument très souvent à Deauville et au Pylas, qui sont pour moi davantage des repères de Parisiens que des lieux de vie à part entière, elle m’a étonné lorsqu’elle a découvert Bordeaux, prête à passer le permis et à prendre des cours de cuisine pour parfaire son goût opiniâtre pour les cannelés.

Au fur et à mesure que je lui parlais de Lille, je sentais chez elle son changement de vue par rapport à la région, contrairement à d’autres Parisien(ne)s que j’ai côtoyés qui ne me croient toujours pas quand je leur dis “Mais oui il existe vraiment une vie en dehors de Paris !”. Si ce post est un bon prétexte pour se moquer l’histoire de quelques minutes, je dois quand même avouer que j’ai appris a apprécié les Parisiens grâce à La Parisienne qui ne se complaît pas dans ce cliché : funky au sac Darel et bonne vivante derrière son Elle. Tout un programme 😉 (Messieurs, je dispose de son numéro de portable ;-)). Je dois bien aussi avouer être devenu un peu parisien en sa compagnie. Car oui, je connais désormais l’existence des sacs Gérard Darel, le 24h me semble d’ailleurs le plus adapté au métro francilien, je suis un adepte de la marque à la pomme blanche et un vrai fan du Starbucks.

Mais bon, La Parisienne m’a déjà très bien décrit, revenons donc à notre Parisienne. Comme je l’indiquais, La Parisienne a évolué durant les 3 ans où je l’ai côtoyée. Au début elle rêvait du prince charmant, 1,80 mètres, adepte des appartements haussmaniens et des coupes de champagne à 50 euros, et puis son rêve s’est rapprochée de la réalité, son idéal est un peu moins mec de la Capitale, mais plutôt un bon vivant, joie de vivre et qui sache la faire rire.

La Parisienne a troqué ses petites ballerines André au profit des confortables Converse du marché banlieusard de Levallois-Perret, être jolie c’est bien sympa mais il faut bien avouer que le confort prime désormais avant tout.

Et puis, durant ces 3 années elle a rencontré des gens venus de divers horizons : Bordeaux, Orléans, Lille, Douchy Les Mines et même Versailles. Mais La Parisienne n’en est pas à son premier galop d’essai hors de la Capitale. Elle a goûté aux joies du camping dans le désert australien, à dormir à la belle étoile, elle aime Janis Joplin et aimerait pouvoir utiliser un jour la machine du cher Emmet Brown afin de voyager dans le Temps vers Woodstock.

Oui, je le clame haut et fort, la Parisienne moderne, dont La Parisienne fait partie, n’est peut-être pas si parisienne que ce que le cliché veut bien décrire. Elle s’adapterait parfaitement à des villes comme Nantes, Lyon, Marseille, Bordeaux, Rennes, Lille ou encore Strasbourg et Montpellier. Car la plupart des citadins ce ces villes se « parisianisent ». Le Vieux Lille est devenu aujourd’hui un véritable petit Marais avec ses magasins haut de gamme très tendance design et ses cafés branchouilles par exemple.

Tour Eiffel

Tout ce blabla est bien sûr à prendre au second degré, tout comme la plupart des articles sur nos blogs respectifs. Ce billet a pour but d’expliquer que la création de ces 2 blogs n’était pas vaine pour elle comme pour moi, Piccalilli. Nous avons appris à mieux connaître nos villes de coeur respectives, en espérant atteindre le même impact avec vous chers lecteurs fidèles. Oui amis lillois, Paris c’est pas mal, et oui amis parisiens, on ne vit pas que dans le charbon à Lille 😉

Advertisements

4 réflexions sur “La Parisienne vu par Piccalilli Circus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s